SNOBISME SENTIMENTAL : SHOOTER SES PHOTOS DE VACANCES AVEC UN JETABLE.

Parce qu’on n’a jamais eu autant envie de dire « C’était mieux avant », qu’on n’a pas envie de passer pour une conne réac, mais que se vautrer dans le passé, c’est doux et sucré comme un chamallow qui fond sur la langue et puis on a de la chance, c’est même un peu tendance…
« Cric cric cric cric » (le bruit de la mollette qui roule sous le bout des doigts moites), le boîtier au look soviet’chic et son viseur trop petit pour viser quoi que ce soit, le nombre de photos limité qui redonne de la valeur à l’image, les photos que l’on croyait ratées, celles qui sont incroyablement réussies, les moments que l’on croyait oubliés et que l’on découvre sur papier mat ou brillant -avec ou sans marge- à l’heure de la rentrée, cette impossibilité de facto de calculer sa pose/son cadrage/sa lumière, de recommencer jusqu’à la photo parfaite, un clic et on passe à autre chose, c’est le retour de la photo prise sur le vif ou presque, la photo souvenir, la photo intime, la photo des et avec les gens qui comptent, donc la photo anti-sociale (media), la photo pas retouchable avec appli gratuite sur Iphone sur laquelle on a le droit d’être moche, la photo personnelle mais pas personal b(r)andable.
Et puis, il y a les traces rouges ou jaunes qui rendent la photo dégueulasse, le grain, les couleurs délavées comme passées à la machine à remonter le temps et toutes les émotions qu’il provoque quand on le sort de sa poche : les sourires et les anecdotes nostalgiques de la génération 80/90, les interrogations amusées des kids des années 10 devant cet objet alternatif qui nous permet pour peu qu’on en ressente le besoin ou l’envie d’accéder à un nouveau rapport image/temps, plus forcément immédiat, moins pressurisant, plus libre, plus vrai. Revenir à une photo sans fard, sans enjeux sociaux, mais avec du sentiment.
Tout, sauf jetable.
Photo : Sofia Coppola par Juergen Teller (plus snob, j’ai pas trouvé).

2 Commentaires

Soniachocolat

Aaaah j’adore ! Tellement heureuse d’avoir connu ça ! Même si les nouvelles technologies sont super et qu’on y est tous (ou presque) accro, c’est vrai que l’appareil photo jetable, ça avait une autre valeur (sentimentale) ! Et quand on arrivait à la dernière photo, qu’on ne voulait surtout pas la gâcher en prenant n’importe quoi. Et les copains qui piquaient votre jetable en douce pour prendre leurs fesses, et qu’on le découvrait (gênée), quand on allait les récupérer chez le photographe.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>