PARIS FASHION WEEK P/E 2016 : RETOUR AU MAXIMALISME.

A New-York, Milan, Londres et cette semaine à Paris, le retour du maximalisme semble avoir fait l’objet d’un consensus tacite entre les créateurs de mode. Balayée d’un revers de manche la mode rigoriste post crash économique, exit le noir et blanc (thank god !!!) les tons neutres et le total look récession. Place à la couleur, au glitter et aux mix and match d’imprimés ou de matières. Un changement de cap aussi inattendu que radical : sous l’impulsion de Clare Waight Keller, la Chloé girl romantico-éthérée 3.0 passe en technicolor. Dans sa longue robe arc en ciel, elle affiche un glow post-coïtal (ou post 10KM de Paris, comme pourrait le laisser entendre son nouveau vestiaire de joggeuse chic) (ou était-ce simplement un bon blush?) encore jamais vu dans l’histoire de la Maison. Chez Isabel Marant, on injecte un esprit de fête très Studio 54 dans sa collection, à grand renfort de micro-jupes lamées qui laissent entrevoir de longues jambes très Instagram friendly. La parisienne est prête pour Ibiza 2016. Même Phoebe Philo, la sage femme qui a fait renaître le minimalisme sur les podiums, réhabilite la couleur par touches et les clash d’imprimés carreaux (jusqu’à 3 différents) (YOLO !) dans une de ses collections la plus aboutie depuis son entrée chez Celine.

L’OPTIMISME, LE NOUVEAU GRUNGE ?

La mode est le miroir de la société, les réseaux sociaux : une loupe. Mais plutôt que de continuer à répondre à la rigueur par la rigueur, cette saison, enfin : la mode dit merde à la société avec un grand 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>