L’ APC DE LA MODE ANTISEXY.

L’obsession passéiste nationale le ramène sans cesse à ses années d’étudiant révolutionnaire, qui jettent un éclairage sur ses partis pris esthétiques rigoristes et la gouaille numérique qui lui vaut le sobriquet de Jean Twitte tout, mais dont je me moque comme de ma première chemise (pas une APC d’ailleurs). Ce qui m’intéresse maintenant, c’est que Jean Touitou dit tout ce qu’il pense, que Jean pense (beaucoup) et j’en pense que dans le cirque qu’est devenu l’industrie de la mode, son rôle est salutaire. Alors, quand Jean Touitou se positionne pour défendre un autre traitement de l’image de la femme dans la mode, j’ai envie de prendre ma carte d’adhérente au parti APC.

«  Aujourd’hui, je suis stupéfait par l’image de la femme que nous renvoie la publicité. On dirait une pute. » (Interview dans Marie Claire).

La messe est dite. Depuis 2013, Jean Touitou veut « calmer le jeu », désexualiser la mode. Sur le compte Instagram @APC_PARIS, pas de mannequin offerte, ni de Vénus Hottentote 2.0, encore moins de it-girls à peine pubères au génome estampillé VIP qui se donnent dans des poses saphiques devant le flash devenu la signature d’un photographe lubrique et payé trop cher pour se (nous ?) autoriser à croire qu’il fait de l’art. Juste des photos de gens habillés en APC, l’actualité des boutiques ou des photos d’archives. Une stratégie à contre-courant pour ne pas dire révolutionnaire dans le contexte actuel, qu’il avait annoncée juste avant l’explosion des « belfies » sur Instagram, tel un néo Nostradamus connecté à la fibre.

« You don’t need to show your boobs to look sexy. »

Les mauvaises langues taxant déjà APC de griffe intello qui fait bander les cerveaux des bobos rive gauche pourront maintenant l’accuser de puritanisme. Mais il a réponse à tout : « Je ne milite pas pour la froideur et les joggings informes. Tout ce que je demande est que notre culture cesse de demander aux femmes de mettre l’emphase sur les parties de leur corps qui excitent les hommes. Ce désir est déjà omniprésent. Je défends la subtilité. Recherchez la, osez passer pour une personne réservée, refusez les stéréotypes du sexy. De cette manière, vous ferez monter la fièvre uniquement où elle mérite de brûler. » (Tribune dans The Guardian). Seul à l’ouvrir au pays des grandes gueules grâce à une indépendance financière à laquelle il reste attaché, il nage à contre-courant dans une mer d’hypocrisie. On ne peut en effet attendre du designer d’une maison cotée en bourse et vendant des sacs au tarif ridiculement obscène qu’il cite Flaubert en interview ou qu’il incite les femmes à mettre en avant leur intelligence ou leur personnalité, plutôt que d’adopter la panoplie du moment créée pour elle par la marque qui l’emploie en CDD pour trois ans.

Chef de file engagé à la tête d’un parti militant pour une image de la femme insolemment indépendante, cultivée, brillante et sexy comme elle l’entend, Jean Touitou n’a visiblement rien perdu de sa fougue post-adolescente. Et pourrait bien être rejoint par quelque journaliste qui n’aurait pas peur d’égratigner l’annonceur ou par une blogueuse qui aurait décidé de s’approprier un rôle un peu moins creux dans l’industrie où elle s’est parachutée. Suivez mon regard… Et pourquoi par d’autres Maisons ? J’y crois. Il est rééllement temps de sortir de cette spirale porno qui n’a de chic que le nom, que l’on redéfinisse enfin les contours du sexy, que la mode reprenne sa juste place au service de la femme. Et plus l’inverse.

(J’ai emprunté le visuel des archives APC sur leur journal).

3 Commentaires

Sonia Rosepoudre

Alors juste MERCI de diffuser ce genre de messages… On est des femmes certes mais l’industrie de la mode nous sexualise tellement… C’est frustrant et tellement anti-féminin… Nous valons clairement mieux que cela. Merci pour la qualité de tes articles, cette approche si particulière et si vraie de la mode. Merci et bon week end à toi. Bises

Répondre
Moquereau

La femme est l’égale de l’homme ok ok! mêmes droits etc etc.. MAIS à trop le revendiquer on en arrive au féminisme OU à cette image déplorable de la femme: le bouquin « la femme parfaite est une connasse », l’image ultra sexy de la femme d’aujourd’hui qui s’assume et qui ose… Où est le progrès quand c’est la femme elle-même qui s’insulte et ne se respecte plus??
merci pour cet article que j’ai partagé sur mon compte FB
ViRGiNiE

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>